Le fonctionnement de l’outil « Condensation » repose sur une interaction entre lui-même et le PHPP. En cliquant sur « Connexion » dans la feuille « Données » si l’outil « Condensation » est sélectionné, l’ensemble des données encodées dans la feuille « Valeurs U » du PHPP est importé dans l’outil « ConnecTools ».Via la liste déroulante (1), l’utilisateur peut sélectionner la paroi qu’il souhaite étudier. En cliquant sur « Importer », les données sont affichées dans l’encadré « CAS DE BASE ». Afin de compléter l’encodage, il est nécessaire d’attribuer à chaque matériau un matériau correspondant disponible dans la liste déroulante juxtaposée (2). Cette opération permet d’attribuer une valeur « μ » au matériau. Une valeur personnelle peut également être encodée et est alors prioritaire (3).

Le bouton « Copier » (4) permet de transférer l’encodage du « CAS DE BASE » vers le « CAS OPTIMISE » (5). De cette manière, l’utilisateur dispose de deux cas similaires qu’il peut optimiser selon les résultats générés par l’outil.

Les boutons « Exporter » permettent d’exporter vers le PHPP cible, au choix, le cas de base ou le cas optimise après un éventuel travail sur celui-ci.

Le bouton « Effacer » permet de supprimer l’encodage effectué dans le cadre « CAS OPTIMISE ».

Condensation_1

 

 

Les résultats de la méthode « Glaser » se présentent sous la forme d’un tableau et d’un graphique, pour chaque cas, en bas de page.

L’ensemble des cellules grisées correspond aux calculs effectués. Aucun encodage n’est requis de la part de l’utilisateur. Les cellules comprises dans les colonnes (1) à (6) sont les résultats exploités par le graphique. Sur ce graphique est exprimé le principe de la méthode Glaser ; lorsque les droites de la pression de saturation et de la pression  partielle de vapeur d’eau se croisent, il y’a un risque de condensation dans la paroi au niveau du point d’intersection.

La colonne (1)  renseigne l’évolution de la température au sein de la paroi à l’interface de chaque matériau.

La colonne (2) renseigne l’évolution de la pression de saturation.

La colonne (3) renseigne l’évolution de la pression de vapeur d’eau.

La colonne (4) est un facteur de température mettant en jeu la température au point considéré dans la paroi par rapport aux températures intérieures et extérieures. Si le résultat de l’opération est inférieur à 0,7 alors il y a risque de condensation. Dans le cas contraire, aucun problème ne devrait être rencontré.

Les colonnes (5) et (6) sont des indices reposant sur les pressions de saturations et pression de vapeur d’eau aux points considérés dans la paroi. Entre 0 et 75%, aucun risque important n’est à craindre. Au-delà de 75%, une attention particulière doit être portée sur la paroi de manière à diminuer les risques de condensation. Au-delà de 100%, la condensation n’est plus un risque, mais une certitude. Des mesures doivent donc être envisagées pour résoudre ce problème.

La colonne (6) représente ces trois stades importants par un jeu d’icônes. Lorsque le point d’exclamation jaune ou la croix rouge apparaissent, l’utilisateur doit envisager une autre composition de paroi et peut étudier cette optimisation via le cadre « CAS OPTIMISE ». En procédant de la sorte, une comparaison du  tableau et graphe des deux cas est possible et permet de cibler plus facilement les changements à apporter.

Condensation_2

 

En procédant de la sorte pour chacune des parois encodées dans le PHPP et importées dans “ConnecTools”, il vous sera possible d’assurer un bon comportement de vos parois au transfert de vapeur d’eau.